Les migraine

Description médicale
haut

La migraine est une forme particulière de céphalée ou mal de tête. Elle se distingue notamment du mal de tête « ordinaire » par sa durée, son intensité et par différents autres symptômes. La migraine commence souvent par une douleur ressentie d’un seul côté de la tête ou localisée près d’un oeil. La douleur est souvent perçue comme un élancement ou des pulsations dans la boîte crânienne. La migraine peut aussi affecter la vision et entraîner des nausées et des vomissements.

Particularité surprenante, certaines migraines sont précédées de manifestations physiologiques qu’on regroupe sous le nom d’aura. Les auras sont des effets visuels qui peuvent prendre la forme d’éclairs lumineux, de lignes aux couleurs vives ou d’une perte de vue temporaire. Dans certains cas, le patient se sentira affaibli ou aura des difficultés d’élocution. Au bout de 15 à 30 minutes, ces symptômes disparaissent, puis ils sont habituellement remplacés par ceux de la migraine proprement dite.

La fréquence des crises de migraine varie beaucoup d’un individu à l’autre. Certaines personnes en ont quelques-unes par année, tandis que d’autres en ont trois ou quatre fois par mois. Dans certains cas, les crises peuvent survenir plusieurs fois par semaine, mais rarement chaque jour.

On estime que 10 % à 20 % de la population est touchée par la migraine en Amérique du Nord et dans le monde, ce qui en fait un syndrome passablement répandu.
Les mécanismes de la migraine

Bien que la migraine ait fait l’objet de nombreuses études scientifiques depuis une centaine d’années, on connaît encore mal son mode de fonctionnement exact. On croit qu’elle serait causée par un gonflement et une inflammation des vaisseaux sanguins qui enveloppent le cerveau. Il semble qu’une baisse de sérotonine jouerait un rôle important à cet égard. Lorsque le taux de sérotonine baisse, les vaisseaux se dilatent, et des messages de douleur sont envoyés au cerveau. Le gonflement des vaisseaux pourrait aussi être causé par une déficience en magnésium.

Cela dit, faute de comprendre à fond les mécanismes de la migraine, on en connaît tout de même de mieux en mieux les éléments déclencheurs (voir Facteurs de risque) et les moyens de la combattre.
Symptômes
haut

Une migraine est habituellement précédée de quelques signes précurseurs, qui varient d’une personne à l’autre.
L’aura

Chez un petit nombre de personnes, les migraines sont précédées d’une aura. Ce phénomène de nature neurologique dure de 15 à 30 minutes, puis l’aura est habituellement remplacée par la migraine. Le patient sait donc à l’avance que, dans quelques minutes, il aura très mal à la tête. Toutefois, il arrive aussi que l’aura ne soit pas suivie de la migraine. Les principaux symptômes de l’aura sont les suivants :

* des effets visuels (des éclairs lumineux, des lignes de couleurs vives, un dédoublement de la vue);
* une perte de vision temporaire d’un oeil ou des deux yeux;
* une impression de faiblesse;
* des difficultés d’élocution.

Signes précurseurs courants

* Une difficulté à s’exprimer par la parole ou l’écrit.
* Des bâillements excessifs.
* Une raideur au cou.
* Des émotions à fleur de peau.
* Une sensibilité accrue au bruit, à la lumière et aux odeurs.

Principaux symptômes

Voici les principaux symptômes de la migraine. En général, ils durent de 4 à 72 heures.

* Un mal de tête plus intense et plus durable que les maux de tête ordinaires.
* Une douleur localisée, souvent concentrée sur un oeil.
* Une douleur lancinante, des élancements, des pulsations.
* Des nausées et des vomissements (souvent).
* Des changements dans la vision (une vue brouillée, des points noirs).
* Une congestion nasale.
* Une sensation de froid ou des sueurs.

Personnes à risque
haut

* Les personnes qui souffrent de la migraine hémiplégique familiale, forme rare de cause génétique.
* Les gens dont les parents souffrent ou ont souffert de migraines ont plus de risques d’en souffrir à leur tour.
* Les femmes. Les migraines touchent presque deux fois plus de femmes que d’hommes. On pense que les transformations hormonales pourraient avoir un effet déclencheur puisque les deux tiers des femmes touchées par le syndrome en souffrent uniquement pendant leurs menstruations.

Remarques

* Les crises de migraine sont plus importantes à partir de la puberté et elles disparaissent souvent à la ménopause.
* Les migraines sont plus intenses pendant les premiers mois de la grossesse, mais ont tendance à disparaître dans les deux derniers trimestres chez 70 % des femmes.
* Chez les hommes comme chez les femmes, les premières crises apparaissent durant l’enfance ou le jeune âge adulte. Au-delà de 40 ans, les migraines se font plus rares et elles disparaissent souvent après 50 ans.

Facteurs de risque
haut

Les facteurs suivants sont connus pour déclencher une crise de migraine. Ils varient d’une personne à l’autre. Chaque personne devrait apprendre à reconnaître les éléments qui provoquent sa migraine.
Les déclencheurs d’origine non alimentaire

Différents facteurs d’ordre personnel ou environnemental ont été identifiés comme des déclencheurs par les gens qui souffrent de migraine. Par exemple :

* le stress;
* relaxer après une période de stress;
* la faim, jeûner ou sauter des repas;
* la modification des habitudes de sommeil;
* la modification de la pression atmosphérique;
* la lumière vive ou les bruits forts;
* faire trop ou pas assez d’exercice;
* le parfum, la fumée de cigarette ou des odeurs inhabituelles;
* certains médicaments, dont les analgésiques;
* les contraceptifs oraux ou l’hormonothérapie substitutive.

Les déclencheurs d’origine alimentaire

L’alimentation semble jouer un rôle important dans le déclenchement des migraines. Environ 15 % à 20 % des gens qui souffrent de migraine indiquent que certains aliments sont à la source de leurs attaques. Les aliments les plus souvent cités sont les suivants :

* l’alcool, et plus particulièrement le vin rouge et la bière;
* les fromages vieillis;
* le chocolat;
* le yogourt;
* les aliments fermentés ou marinés;
* le glutamate monosodique;
* l’aspartame;
* la caféine (ou le manque de caféine).

Ces aliments sont en quelque sorte des classiques du déclenchement des crises de migraine. Mais, selon certains auteurs (dont le naturothérapeute J.E. Pizzorno), les allergies alimentaires pourraient aussi être à la source des migraines. Évidemment, le fait de mieux connaître les aliments qui déclenchent la migraine constitue une façon naturelle et logique d’aborder le problème. Par contre, cette approche demande plus d’efforts et de discipline, notamment parce qu’il faut découvrir les aliments problèmes. Pour ce faire, le fait de tenir un journal des migraines est certainement un bon point de départ (voir section Prévention). Il peut également être utile de consulter un spécialiste de la nutrition.

Le but des actions préventives est de réduire le nombre et la fréquence des crises de migraine, d’améliorer la qualité de vie des personnes qui ont des migraines importantes, et de réduire les besoins en médication. L’approche préventive est essentielle pour parvenir à mieux contrôler ses crises de migraine, et parfois même, à les éliminer.
Tenir un journal des migraines

Pour prévenir la migraine de façon naturelle, la première étape qui s’impose est de découvrir le ou les éléments qui déclenchent les crises. Pour ce faire, on recommande de tenir un « journal des migraines » où l’on consignera les circonstances entourant l’arrivée de chaque migraine. Il faudra noter tous les aliments consommés dans les dernières 24 heures, les symptômes, sa situation psychologique (stress, relaxation après le stress, etc.), les conditions extérieures (lumière vive, bruits, etc.). Consigner aussi toute autre information qui semble pertinente.

Il peut aussi être très utile de noter les petits symptômes, même s’ils semblent anodins, qui précèdent la crise de migraine. En effet, comme on le verra plus tard, il est plus facile de combattre la migraine si on agit dès l’apparition des symptômes précurseurs.

En découvrant les produits ou les situations qui déclenchent la migraine, beaucoup de gens réussissent à réduire ou à éliminer presque complètement les crises.

Tous les traitements, quels qu’ils soient, seront plus efficaces à soulager la douleur si on les applique dès l’apparition des signes précurseurs de la migraine. Ainsi, l’aspirine, l’ibuprofène (Advil®, Motrin®, etc.) et les anti-inflammatoires non stéroïdiens en vente libre seront souvent suffisants pour casser une crise de migraine légère si on les prend dès l’apparition des premiers symptômes.

Les gens qui ne subissent que quelques crises de migraine par année peuvent sans doute consommer des médicaments à l’occasion sans trop s’inquiéter. La situation est différente pour ceux qui souffrent de migraines fréquentes. En effet, de nombreuses études indiquent que, d’une part, les médicaments peuvent perdre leur efficacité si on en consomme une grande quantité annuellement et, d’autre part, qu’ils peuvent même entraîner une augmentation de la fréquence des migraines. Les gens qui ont des crises de migraine fréquentes ont donc intérêt à privilégier une approche préventive pour diminuer leurs symptômes.
Conseils en cas de crise

* S’allonger dans une pièce sombre et calme.
* Mettre une compresse froide sur son front.
* Se masser le cuir chevelu.
* Exercer une pression sur ses tempes.

Attention à certains symptômes

En cas de changements notables par rapport aux symptômes habituels de migraine, il est recommandé de voir un médecin, surtout si :
- les migraines sont de plus en plus douloureuses;
- elles empirent en faisant de l’exercice, pendant les relations sexuelles, en éternuant ou en toussant;
- elles sont accompagnées d’autres symptômes inhabituels (évanouissement, perte de vision, difficulté à marcher ou à parler);
- elles surviennent en conséquence d’une blessure à la tête.
Approches complémentaires
haut
En prévention

Efficacité probable

Grande camomille, techniques de relaxation.

Voir la légende des symboles

Efficacité possible

5-HTP, magnésium.

Efficacité incertaine

Diète hypoallergénique, huiles de poisson, mélatonine, pétasite.
En traitement

Approches à considérer

Massothérapie, Médecine traditionnelle chinoise (acupuncture, Qi Gong, pharmacopée chinoise), ostéopathie.

En prévention

Efficacité probable Grande camomille (Tanacetum parthenium). Au XVIIIe siècle, en Europe, la grande camomille était considérée comme l’un des remèdes les plus efficaces contre les maux de tête. L’ESCOP reconnaît officiellement l’efficacité des feuilles de grande camomille pour la prévention des migraines. Au pays, Santé Canada autorise les allégations relatives à la prévention de la migraine pour les produits à base de feuilles de grande camomille. Deux synthèses d’études récemment publiées confirment l’efficacité de la plante pour prévenir la migraine6,7.
Dosage
Consulter la fiche Grande camomille. Il faut compter de six à huit semaines avant que les effets se fassent pleinement sentir.

Efficacité probable Techniques de relaxation. De nombreuses études (de qualité variable) indiquent que les techniques de relaxation, notamment le biofeedback et le training autogène, peuvent être efficaces pour prévenir les migraines, et même aussi efficaces que le propranolol, un médicament bêta-bloquant utilisé pour prévenir les migraines1-3. Le biofeedback est une technique qui permet d’apprendre à contrôler des fonctions biologiques internes, comme des tensions musculaires. Dans son livre The Desktop Guide to Complementary and Alternative Medicine, an evidence-based approach, Edzard Ernst passe en revue de nombreuses études sur les effets de la relaxation et du biofeedback sur les migraines. Même s’il précise qu’il faudrait faire d’autres recherches pour obtenir des réponses plus probantes, Ernst en conclut que ces études tendent clairement à démontrer l’efficacité de cette approche chez les adultes. Par ailleurs, l’Association médicale canadienne mentionne aussi l’utilité des techniques de relaxation et de biofeedback comme traitement préventif des migraines.

Efficacité possible 5-HTP (5-hydroxytryptophane). Le 5-HTP est un acide aminé que notre organisme utilise pour fabriquer la sérotonine. Or, comme il semble que le taux de sérotonine soit relié au déclenchement des migraines, on a eu l’idée de donner des suppléments de 5-HTP aux patients souffrant de migraines. Les suppléments de 5-HTP proviennent de la graine d’un arbre d’origine africaine, le Griffonia simplicifolia. Les résultats de plusieurs essais cliniques démontrent que le 5-HTP peut contribuer à diminuer la fréquence et l’intensité des maux de tête, et parfois à diminuer l’utilisation d’analgésiques9-14.
Dosage
Prendre de 200 mg à 600 mg par jour.
Note. L’utilisation du 5-HTP en automédication est controversée. Certains experts croient qu’il ne devrait être offert que sur ordonnance médicale. Consulter la fiche 5-HTP pour plus d’information à ce sujet.

Efficacité possible Magnésium. Le magnésium pourrait aider à prévenir les migraines. Un essai clinique mené en Allemagne en 1996 a démontré que le trimagnésium dicitrate pouvait diminuer significativement la fréquence et l’intensité des crises de migraine15. Ces résultats venaient confirmer les résultats de deux études préliminaires menées quelques années auparavant en Allemagne16 et en Italie17 auprès de petits groupes de patients. Une quatrième étude clinique contrôlée, portant sur 150 patients et menée en Autriche cette fois, n’a pu établir l’efficacité du traitement18. Cette recherche a néanmoins été critiquée à plusieurs chapitres, notamment en ce qui concerne les critères devant déterminer une diminution des symptômes chez les participants.
Dosage
De 360 mg et 600 mg par jour de trimagnésium dicitrate ont été utilisés lors des études. Le trimagnésium dicitrate n’est offert ni au Canada ni aux États-Unis, mais selon le pharmacien Jean-Yves Dionne, un autre sel de magnésium pourrait avoir le même effet (voir la fiche Magnésium).

Efficacité incertaine Diète hypoallergénique. Quelques études indiquent que des allergies alimentaires pourraient contribuer ou même être directement à la source des migraines. Par exemple, une étude portant sur 88 enfants souffrant de migraines graves et fréquentes démontrait que la diète faible en allergènes était bénéfique pour 93 % d’entre eux4. Toutefois, notons que les taux d’efficacité de la diète hypoallergénique sont fort variables, allant de 30 % à 93 %5. Les aliments générateurs d’allergies englobent notamment le lait de vache, le blé, les oeufs et les oranges.

Efficacité incertaine Huiles de poisson. En 1985, une étude clinique révélait que les acides gras oméga-3 diminuent les symptômes de la migraine19. Depuis, deux études20,21 sont venues contredire ces premiers résultats. Les deux études portent sur un total de 190 personnes souffrant de migraines récurrentes. Elles indiquent que les huiles de poisson ne sont pas significativement plus efficaces qu’un placebo contre la migraine. Un très fort effet placebo a été constaté au cours de ces recherches.

Efficacité incertaine Mélatonine. Il existe une hypothèse selon laquelle la migraine ainsi que certains maux de tête seraient causés ou déclenchés par un dérèglement des rythmes circadiens. Des chercheurs croient que la mélatonine serait utile dans de tels cas22,23. En l’absence de données probantes, on ne peut suggérer un dosage précis.

Efficacité incertaine Pétasite (Petasites officinalis). Selon une étude contrôlée et randomisée publiée en 2000, des extraits de rhizome de pétasite pourraient réduire la fréquence des crises de migraine8. Pour les besoins de cette étude, 60 patients souffrant de migraines ont reçu soit un placebo soit une dose de 25 mg d’un extrait normalisé de pétasite, le Petadolex, deux fois par jour, pendant 12 semaines. À partir de la quatrième semaine de traitement, les membres du groupe prenant de la pétasite ont noté une diminution significative du nombre de leurs crises. À la dernière semaine, cette réduction se chiffrait à 60 %, comparativement au groupe témoin. Pour l’instant, on dispose de peu de données scientifiques au sujet du pétasite en prévention de la migraine. Une autre étude (non publiée) avec 202 patients fait aussi état de résultats prometteurs.
En traitement

Approches à considérer Massothérapie. En relâchant les tensions dans le cou et en améliorant la circulation sanguine au cerveau, il semble que la massothérapie puisse aider à soulager les migraines24.

Approches à considérer Médecine traditionnelle chinoise. Selon diverses études, les traitements d’acupuncture agiraient notamment sur les taux de sérotonine. Cela pourrait expliquer, du moins en partie, pourquoi l’acupuncture peut s’avérer efficace pour prévenir et traiter les migraines. Le potentiel thérapeutique de l’acupuncture pour combattre la migraine est reconnu par divers organismes dont l’Organisation mondiale de la Santé, la Consensus Development Conference on Acupuncture et les National Institutes of Health.
En complément au traitement d’acupuncture, le praticien de médecine chinoise recommande souvent des exercices de respiration, la pratique du Qi Gong, des changements dans la diète24, et des préparations pharmaceutiques, dont :
- le baume du tigre, pour les migraines légères à modérées;
- le Xiao Yao Wan;
- la décoction Xiong Zhi Can Xie Tang.

Approches à considérer Ostéopathie. Selon les praticiens de cette approche, l’ostéopathie serait en mesure de soulager et même parfois de soigner de façon durable les migraines chez certaines personnes25. L’ostéopathie serait indiquée surtout pour les personnes dont les migraines surviennent à la suite d’un accident ou de problèmes au cou.
Sites d’intérêt
haut



Je me la joue !

Suis tout mimi avec ma casquette ! 20 mois

jordan20mois.jpg




Archive pour 19 mars, 2009

Les migraines

A partir de sa sortie de l’hôpital ,Jordan souffrira de crises de migraines impressionnantes jusqu’à son décès .

Quand il a sa première crise ,je suis complètement paniquée …….mon bébé hurle ,se roule par terre et ne sais que me dire :
- « bobo tête  »

Je lui donne de l’aspégic et je le berce …….il devient pâle ,très ,très pâle et vomi …….puis il s’endort comme une masse pendant une heure ……et il se réveille comme si de rien n’était .

Je l’ai fait voir à de nombreux médecins .Ils sont tous d’accord : Jordan souffre de migraines suite à son trauma crânien .Mais il est trop petit pour avoir un traitement spécifique .
Je demande tout de même des examens complémentaires ,dont un fond d’oeil ……tous les résultats sont normaux .

Lorsque ces crises reviennent ,je ne peux qu’assister à sa souffrance ….je le berce et je le met dans un endroit où il n’y a ni bruit ni lumières .
Il faut qu’il vomisse et dorme pour que la crise se passe .

Je remarque tout de même que ces migraines apparaissent surtout lorque Jordan est contrarié où stressé , mais il n’est pas facile de lui éviter toute contrariété.

Vers l’âge de 10 ans ,je l’emmène chez un magnétiseur .Il trouve des nerfs déplacés dans le cou .Il les remets en place et « magnétise » mon fils .
Les crises ,si elles ne disparaissent pas totalement ,s’espacent de façons spectaculaires car juste avant cette visite ,Jordan en avait jusqu’à trois par jours et ne pouvait plus rien faire .

Ensuite ,je le fais voir à un neurologue …il a environs 13 ans .Après des examens écartant tout autre diagnostique,il prescrit un traitement spécifique aux migraines qu’il faut prendre dès que les premiers signes apparaissent .

Ce traitement et les visites chez le magnétiseur permettrons à Jordan de pouvoir vivre normalement ,même si il a encore quelques crises impressionnantes .

PHOTOS DE Bébé

JE SUIS TOUJOURS AUSSI BEAU ,MËME A 17 MOIS

jordan17mois.jpg

SOS BONICHE |
Derriere les murs |
monbbdchine |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | yome
| Mes tribulations
| goeland2008