une journée comme les autres

8 juin 2008 ,

Il fait beau ,il est environs 14 H. ,Alain et moi avons fait une grasse matinée .
Nous étions réunis ,toute la bande habituelle ,cette nuit ,pour fêter mes 47 ans du 4 juin ,les 46 ans d’Alain et les 24 ans de Cindy ,tous les deux nés un 8 juin .
Nous nous sommes bien amusés ,comme d’habitude …..rigolade ,musique ,cadeaux …….tout va bien .
Alors ,ce dimanche ,nous allons voir Cindy et Jordan qui ont leur camping ( nous sommes forains ) chez un ami d’enfance ,à seulement 3 km . de nous .
Enzo est absent ,il passe quelques jours chez Cathy ,la tante de Cindy .
Jordan ,pour ne pas changer est entrain de travailler ,il fint une remorque cuisine qu’il a fabriqué de ses mains pour sa compagne .Nous avons beau lui dire de s’arreter et de se reposer ou d’aller se promener … non ,il veut terminer  » deux ,trois bricoles  » ,pour être tranquille .
Du coup ,nous les laissons et décidons d’aller faire un tour en moto à Bourges.Nous allons au Séraucourt ,un bar ,et nous buvons notre café en terrasse .
Comme le temps se couvre ,nous repartons à Ste Solange ,avec l’idée de repasser voir les enfants .Nous reprenons la route et lorsque je passe devant le bar de ma belle mère ,je m’apperçois que c’est ouvert . Nous ne sommes pas à quelques minutes près . J’arrète ma moto ,et nous prenons notre temps pour reboire un café .Pourquoi m’être arrétée ,ne pas avoir pressenti que mon fils avait besoin de moi ,qu’il se mourrait seul ,pendant que je me trouvais à quelques instants de lui ?

Alain sort comme un fou de la salle de jeu et me hurle  » dépèches toi ,démarre la moto  » ,je ne comprend pas pourquoi ,mais je sens que quelque chose de terrible est arrivé.
Nous ne prenons même pas les casques et nous arrivons à la ferme .
En chemin ,Alain m’explique en quelques mots que c’est Cindy qui lui a téléphonné qu’il fallait qu’on vienne car Jordan est coincé sous une voiture .Je sais maintenant . Je n’ai même pas besoin de voir . JE SAIS .

Cindy nous attend au début du chemin ,je freine et Alain descend ,mais moi ,je continue en moto .
Je vois Sarah et son amie Géraldine qui se tiennent à bras le corps toutes les deux en se serrant ,je m’arrète en criant  » ou est ce qu’il est ?  » .Sarah tend le bras pour m’indiquer la direction d’un hangar .Je court ,mon coeur bat tellement vite que j’ai mal . mon cerveau ne réfléchit plus .Je vois Alain N° 2 ( notre ami et papa de Sarah ),agenouillé à coté de la voiture de Jordan ,une BMW .Il est entrain d’actionner un cric pour relever la voiture .
Je ne peux voir que les deux jambes de mon fils qui dépassent de cette maudite bagnole .Rien ,pas un mouvement ,pas un cri ,même pas un râle .
Alain N° 2 est très pâle et ne parle pas . il est concentré sur ce qu’il fait .
Alain est lui aussi arrivé et il aide son ami à à mettre des cales pour sécuriser l’endroit .

Je hurle ,je voudrais que cet instant ne soit pas arrivé ……..un espace suffisant ,je me glisse moi aussi sous la voiture ,dans la poussière ,aux cotés de mon garçon ……….il est face contre terre ,les deux bras pliés ,les mains de chaque cotés de la tête .Ma main passe sous son pull ,rien ,il n’y a rien …….il ne respire plus ,son coeur ne bat plus …………je pleure ,je reste là ,à le secouer ,à hurler son prénom ………..je le supplie de revenir avec nous …….je lui dit que je l’aime et qu’il ne peut pas nous laisser ……..il faut qu’il pense à Cindy et à Enzo ,son petit homme de 2 ans 1/2…………mais il ne se passe stictement rien du tout ………je ressort et ne peux faire que quelques pas avant de m’effondrer à genoux dans la boue ……je ne pense même pas à essayer de le tirer pour tenter une réanimation …..j’ai l’impression de ne plus être là ……..je ne suis que souffrance et j’hurle comme une bête .

Cindy a bien sur appelé les pompiers mais je lui ordonne de prévenir aussi le SAMU .
Elle garde son calme ,alors que moi ,je suis complètement hystérique …….elle m’aide à me relever et m’éloigne du hangar …….c’est à ce moment que j’entend les secours arriver .

 


Autres articles

5 commentaires

  1. Quel récit émouvant! Tu décris tellement bien tes sentiments, les évènements… C’en est terrifiant. Ce qu’il s’est passé est si horrible, je suis toute retournée.
    Ecrire ça c’est un peu revivre l’évènement… Il a du falloir du courage pour le faire… Félicitations pour ça et pour tout…
    Bravo et courage
    Tu honores sa mémoire en nous le fesant connaître
    bises
    marie

    Dernière publication sur Spiritualité, militantisme, vie du monde et vie quotidienne : HUMOUR (végé)

  2. Marie ,
    même si c’était dur de l’écrire ,c’est une sorte de thérapie ……j’étais incapable de sortir un mot à la psy . que j’ai consultée ,mais les mots écrits viennent tous seuls …….l’esprit humain n’est que contradiction.
    Fabienne

  3. rainbowoman dit :

    Coucou Fabienne
    Une pensée amicale et de paix pour toi et moi et pour toutes les mamans qui ont perdus comme nous la Chair de notre Chair
    Gros bisous
    Jojo

  4. merci ma Jojo , gros bisous.
    Fab

  5. sandrineloy dit :

    Je ne veux pas être maladroite en laissant un message,ce récit ma tellement boulversé que je n’arrive pas à exprimer la tristesse que je ressent,pour votre fils,pour vous…A travers vous il continue d’exister,il veille sur vous,votre petit ange est partit trop tôt,d’une façon atroce,je m’associe a votre chagrin et je joint ma pensée a la votre,pensées affectueuses.?

Répondre

SOS BONICHE |
Derriere les murs |
monbbdchine |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | yome
| Mes tribulations
| goeland2008