Moi, moi et moi :-)

Il y a une maison dans le centre de Bourges où on entre par une grande grille, on descend le couloir et on tombe sur une coure .

A droite , quatre marches et on est dans la cuisine de mes parents.

A gauche au fond de la coure , une autre maison mais toute petite , comme une maison de poupée, où habitent mes grands-parents maternel .

Nous sommes le 4 juin 1961 et la maman s’en va pour accoucher de son 4 ème enfant : moi.  La surprise de dernière minute,  la cerise sur le gâteau, la dernière après 2 garçons et 1 fille qui ont respectivement 11, 7 et 5 ans à mon arrivée.

Mon papa me déclare à la Mairie : je devrais m’appeler Françoise et je ne sais plus quoi mais en sortant de la mairie , mon papa a sur mon extrait de naissance : née à 12 h 35,  Fabienne, Marinette ………il a changé d’avis en cours de route et n’a rien dit à ma mère ! mais je ne lui en veux pas , j’adore mes 2 prénoms.

C’est donc entourée de tout ce monde là ( 7 personnes) que je vais grandir tranquillement.

Ce sont mes grands-parents qui s’occupent de moi pendant que mes parents travaillent et que mes frères et soeur sont à l’école.

Je n’ai de cette période que des souvenirs de tendresses, de câlins, d’amour de leur part à tous .

Tous me protègent et prennent soin de moi .

Par exemple , je ne vais que quelques jours dans ma vie à l’école maternelle car je suis si malheureuse d’être séparée de ceux que j’aime (même très provisoirement) que je ne fais que pleurer et que je refuse de m’alimenter. Je n’irais donc à l’école qu’à 6 ans …….une école de filles ( les garçons n’arriverons qu’à partir du CE1 ) où il y a ma soeur , donc tout va bien . 

Mes parents sont des ouvriers et si nous ne manquons de rien , il n’y a quand même pas de superflu à la maison .

Les premières vacances que nous prenons tous ensembles ( Jean-No, Jean-Paul et Marie-laure ont eu droit aux fameuses colonies de vacances , moi comme d’habitude , j’ai refusé de m’éloigner de chez moi ) se déroulent à une vingtaine de Km de Bourges , au terrain de camping d’un village en bordure du Cher, dans une grande tente et c’est génial……..c’est là que j’apprendrais à nager avec mes frères , je dois avoir environs 6 ans.

Il n’y a pas encore de salle de bain à la maison et les WC sont derrière la maison de mes grands-parents. Nous faisons notre toilette dans une petite pièce attenante à la cuisine et s’il fait bon , nous avons droit à un grand baquet dehors.

Il y a 3 chambres : une pour les parents, une pour les garçons et une autre pour les filles.

Ma mère travaille de nuit et le matin , son premier travail quand elle rentre , c’est de nous remettre chacun et chacune dans nos lits car malgré les protestations de mon père , on arrive à tous dormir dans leur lit ( enfin , nous ,on dort et mon père va au travail avec des cernes sous les yeux! )………..

La suite au prochain N°  emoticone

 



Ma façon d’éduquer mes fils .

Je crois que tout vient de mon enfance qui a été choyée ( je vous raconte ça cet après-midi).

Du coup , quand j’ai eu mes 2 garçons , je me suis dis qu’il fallait que je les prépare à la vraie vie : quelque chose de pas facile ,où tout le monde il est pas beau et pas gentil et je les ai élevé plutôt à la dure.

Je savais aussi en les mettant au monde qu’un jour , ils partiraient vivre leur propre destin et j’ai toujours fait en sorte de leur apprendre à se débrouiller seul mais en sachant qu’en cas de besoin , j’étais là .

De même, je leur ai toujours expliqué qu’il était normal qu’ils nous quittent pour fonder leur propre foyer.

Il faut dire aussi que dans notre milieu, les enfants n’ont pas trop le choix et qu’ils travaillent tôt , parce qu’ils sont toujours avec nous et que c’est une façon aussi de les surveiller .

Jamais mes fils ne se sont rebellés pour nous aider à monter, démonter , nettoyer, tenir , tout ranger pour repartir et recommencer .Jamais . Alors qu’ils avaient beaucoup d’amis sédentaires et que certains week-end, ils auraient certainement préféré être avec eux, ils répondaient présents .

Je suis fière que ces 2 petits garçons soient devenus des hommes courageux, équilibrés, fiables et toujours présents pour la famille.

Ils ont en plus de ça trouvé des femmes adorables………….j’espère simplement leur avoir assez monter à quel point je les aime.

 




Archive pour 26 avril, 2010

Moi, moi et moi :-)

Il y a une maison dans le centre de Bourges où on entre par une grande grille, on descend le couloir et on tombe sur une coure .

A droite , quatre marches et on est dans la cuisine de mes parents.

A gauche au fond de la coure , une autre maison mais toute petite , comme une maison de poupée, où habitent mes grands-parents maternel .

Nous sommes le 4 juin 1961 et la maman s’en va pour accoucher de son 4 ème enfant : moi.  La surprise de dernière minute,  la cerise sur le gâteau, la dernière après 2 garçons et 1 fille qui ont respectivement 11, 7 et 5 ans à mon arrivée.

Mon papa me déclare à la Mairie : je devrais m’appeler Françoise et je ne sais plus quoi mais en sortant de la mairie , mon papa a sur mon extrait de naissance : née à 12 h 35,  Fabienne, Marinette ………il a changé d’avis en cours de route et n’a rien dit à ma mère ! mais je ne lui en veux pas , j’adore mes 2 prénoms.

C’est donc entourée de tout ce monde là ( 7 personnes) que je vais grandir tranquillement.

Ce sont mes grands-parents qui s’occupent de moi pendant que mes parents travaillent et que mes frères et soeur sont à l’école.

Je n’ai de cette période que des souvenirs de tendresses, de câlins, d’amour de leur part à tous .

Tous me protègent et prennent soin de moi .

Par exemple , je ne vais que quelques jours dans ma vie à l’école maternelle car je suis si malheureuse d’être séparée de ceux que j’aime (même très provisoirement) que je ne fais que pleurer et que je refuse de m’alimenter. Je n’irais donc à l’école qu’à 6 ans …….une école de filles ( les garçons n’arriverons qu’à partir du CE1 ) où il y a ma soeur , donc tout va bien . 

Mes parents sont des ouvriers et si nous ne manquons de rien , il n’y a quand même pas de superflu à la maison .

Les premières vacances que nous prenons tous ensembles ( Jean-No, Jean-Paul et Marie-laure ont eu droit aux fameuses colonies de vacances , moi comme d’habitude , j’ai refusé de m’éloigner de chez moi ) se déroulent à une vingtaine de Km de Bourges , au terrain de camping d’un village en bordure du Cher, dans une grande tente et c’est génial……..c’est là que j’apprendrais à nager avec mes frères , je dois avoir environs 6 ans.

Il n’y a pas encore de salle de bain à la maison et les WC sont derrière la maison de mes grands-parents. Nous faisons notre toilette dans une petite pièce attenante à la cuisine et s’il fait bon , nous avons droit à un grand baquet dehors.

Il y a 3 chambres : une pour les parents, une pour les garçons et une autre pour les filles.

Ma mère travaille de nuit et le matin , son premier travail quand elle rentre , c’est de nous remettre chacun et chacune dans nos lits car malgré les protestations de mon père , on arrive à tous dormir dans leur lit ( enfin , nous ,on dort et mon père va au travail avec des cernes sous les yeux! )………..

La suite au prochain N°  emoticone

 

Ma façon d’éduquer mes fils .

Je crois que tout vient de mon enfance qui a été choyée ( je vous raconte ça cet après-midi).

Du coup , quand j’ai eu mes 2 garçons , je me suis dis qu’il fallait que je les prépare à la vraie vie : quelque chose de pas facile ,où tout le monde il est pas beau et pas gentil et je les ai élevé plutôt à la dure.

Je savais aussi en les mettant au monde qu’un jour , ils partiraient vivre leur propre destin et j’ai toujours fait en sorte de leur apprendre à se débrouiller seul mais en sachant qu’en cas de besoin , j’étais là .

De même, je leur ai toujours expliqué qu’il était normal qu’ils nous quittent pour fonder leur propre foyer.

Il faut dire aussi que dans notre milieu, les enfants n’ont pas trop le choix et qu’ils travaillent tôt , parce qu’ils sont toujours avec nous et que c’est une façon aussi de les surveiller .

Jamais mes fils ne se sont rebellés pour nous aider à monter, démonter , nettoyer, tenir , tout ranger pour repartir et recommencer .Jamais . Alors qu’ils avaient beaucoup d’amis sédentaires et que certains week-end, ils auraient certainement préféré être avec eux, ils répondaient présents .

Je suis fière que ces 2 petits garçons soient devenus des hommes courageux, équilibrés, fiables et toujours présents pour la famille.

Ils ont en plus de ça trouvé des femmes adorables………….j’espère simplement leur avoir assez monter à quel point je les aime.

 

SOS BONICHE |
Derriere les murs |
monbbdchine |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | yome
| Mes tribulations
| goeland2008